Chökhor Ling

Archives

Spectacle donné le 13 octobre 08 au Théâtre de l'Atelier à Paris Edito de mai 09 Edito de janvier 09 Edito de septembre 09

Chökhor Ling fête le Losar 2015

année du Mouton du Bois

Le 19 février prochain, nous entrons dans l'année dite du Mouton de Bois selon la tradition tibétaine. Le Losar est considéré comme la fête la plus importante qui nous fait franchir le seuil de la 2142e année, équivalant pour nous à 2015.

Le monastère Chökhor Ling propose à ses fidèles adhérents de se réunir le mercredi 18 février aux alentours de 22h pour participer aux rituels de fin d'année qui consistent en la lecture d'un sûtra et des pratiques de purifications propices à éliminer les aspects négatifs de l'année qui s'achève. Nous pourrons ensuite consulter les oracles dans le temple, chacun ayant le privilège de poser une question et d'en recevoir la réponse. ;À minuit, une cérémonie et un échange de vœux marqueront le passage à la nouvelle année.>

Les personnes qui souhaiteraient venir de préférence le lendemain matin, jeudi 19 février, seront accueillies à partir de 10h30 pour participer aux rituels du nouvel an, dans le but de favoriser une nouvelle année sans obstacles. Les drapeaux de prières seront remplacés et le stupa honoré de circumambulations, de chants et de prières.

Cette commémoration du Losar sera dédiée à la paix et au renouveau de la liberté spirituelle au Tibet. Les personnes qui le souhaiteraient pourront faire des dons pour les enfants pauvres et leurs familles réfugiés en Inde. C'est une occasion très aupicieuse pour commencer une nouvelle année spirituelle dans le rayonnement du partage et de la générosité.


Édito automne 2015 : Un “travail” spirituel

Tout engagement spirituel monastique ou laïc est considéré comme une vocation. Il s'agit d'un appel de la sagesse du cœur et le moyen de donner un vrai sens à sa vie. Le “travail” spirituel consiste en l'établissement et la progression des plus belles et plus nobles qualités humaines en soi, jusqu'à leur complet mûrissement. En suivant les paroles du Bouddha et en les appliquant au quotidien, ce chemin de l'expérience conduit pas à pas au parfait Éveil.


La médecine sacrée du Tibet du 23 au 30 novembre

sera réalisé du 22 au 27 novembre

Avec la consécration du mandala, l'initiation et la retraite du Bouddha de la Médecine

Du 23 au 27 novembre, un mandala de sable sera édifié à l'intention des malades et de toutes les personnes en souffrance quelles qu'elles soient par le Vénérable Tenzin Penpa. Le mandala est la création d'une œuvre sacrée dédiée à la santé et au rétablissement des conditions qui favorisent la paix et le bonheur. Il s'agit d'un ensemble de figures symboliques composé de milliers de grains de sable coloré rassemblés en hommage à Sangyé Menla, le Bouddha de la Médecine.
Que l'on soit pratiquant bouddhiste ou simple visiteur, toutes les personnes engagées dans les soins aux malades et la relation d'aide, les malades eux-mêmes et les personnes attentives à découvrir un des aspects les plus profonds de l'art sacré tibétain, sont gracieusement invités à venir sur place observer le déroulement de la construction.
Être présent autour du mandala permet de recevoir les bénédictions et la transmission de l'énergie spirituelle émanant de l'œuvre sacrée. Les récitations des mantras, les chants et les prières seront effectués jour et nuit tout au long de la construction du mandala par les moniales du monastère. Il sera possible de se joindre à elles pour ceux qui le désireront.

À l'apogée de la création, une retraite de week-end (les 28, 29 et 30 novembre) sera guidée par le Très Vénérable Mogchok Rinpoché qui consacrera le mandala et conférera l'initiation du Bouddha de médecine en donnant toutes les explications du sens et du profit du mandala (voir la rubrique Retraites et Initiations).

C'est une “chance” inestimable de pouvoir participer à cet événement rare et précieux en un monde doté de tant de souffrance. C'est aussi l'occasion d'apporter sa contribution aux soulagement de ces souffrances.


Drupchen de Sangyé Menla

Au cours de la construction du Mandala (du 23 au 27 novembre), un Drupchen se tiendra en présence des moniales de la communauté monastique de Chökhor Ling. Toutes les personnes qui le souhaitent peuvent venir se joindre à elles pour participer librement à cet événement spirituel de haute importance.

Qu'est-ce qu'un Drupchen ?
En tibétain, “Drupchen” signifie : “grand accomplissement”. C'est une cérémonie d'offrandes relevant de la tradition du Vajrayana, au cours de laquelle se déroulent des pratiques intensives de prières méditatives, récitations de mantras, chants et danses sacrées, étendues sur plusieurs jours.
Quatre sessions de pratiques se dérouleront et chacun pourra se relayer pour établir un lien continu jour et nuit dans la Maison de Tara au Monastère Chökhor Ling. Ce Drupchen sera effectué en l'honneur du Très Vénérable Mogchok Rinpoché et dédié à sa longue vie, ainsi qu'à l'amélioration de la santé des êtres en souffrance et à la libération des personnes décédées.

Le pouvoir d'une telle pratique étend ses bénédictions non seulement aux participants mais également au lieu et à son environnement immédiat et lointain. Participer à un Drupchen et recevoir ensuite l'initiation conférée au cours de la retraite dans l'énergie de guérison du Bouddha de Médecine est une immense opportunité d'ouverture spirituelle se présentant dans une vie.

Les participants sont invités à faire de vastes offrandes de fleurs, de lumières et de toutes les offrandes qui leur sont possibles.


Édito août 15 : Radieuse rentrée

La symbolique de la rentrée se présente sous la forme d'une corne d'abondance déversant à chaque instant qui passe un flot de potentiels de réussites et de bonheurs. Le Dharma du Bouddha propose de faire mûrir ces causes par la grâce de l'esprit d'amour et de sagesse. La plus belle pratique spirituelle est un comportement engagé pour le bien des autres autant que de soi-même.

À toutes et tous, radieuse rentrée.



Précédent   1   2   3   4   5   6   Suivant